image_pdfimage_print

Sans que je demande rien à personne, mais par une perfidie, une jalousie d’un tiers, il m’en revient une chouette aux écoutilles : Ma belle, ma femme, ma douce ne veut pas de ma reconnaissance sous le jour  de muse. Elle en aurait sa claque de cette espèce de rôle que je lui force à jouer. ça lui taperait sur le système. Certes, je l’entends, mais que vais-je devenir sans représentation de l’objet aimé ? C’est tout comme si elle arguait de son droit à l’image, ou de son droit de retrait. Le droit de retrait d’une muse est difficile à négocier. C’est pareil à être veuf. Aussi, mes chers amis, si elle me fait défaut, je suis décidé à tout de même utiliser ses charmes.

                                                                                                                                                                                               Le 27 décembre 2018. C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.