Cathelineau

image_pdfimage_print

Deux siècles avant moi, et jour pour jour, naissait le Saint de l’Anjou. Ce paysan, ce prolétaire d’alors, ce Camille Desmoulins de l’autre bord… Son ombre encapée et de sabre munie erre sur les ruines de mon pays, comme si l’oubli ne pouvait la travailler. De Notre Dame de la Charité en la Doutre au cimetière de Saint-Pierre-en-Vaux, en passant par Baugé et Saint-Florent, elle va elle vient le long du temps, avec pour chaque pierre rencontrée un soupçon d’âme déposé.

Le 28 mars 2017.

C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.