Ces lointains ailleurs

image_pdfimage_print

300px-Bressuire_Tom_Drake

J’ai remis nos valises à un domestique taiseux et aussi affable que l’univers était froid autour de la maison. Que du gris en provenance de ces lointains ailleurs après lesquels courait l’horizon. Avec ma femme je suis entré à la suite de cet homme au milieu d’une cour assombrie, dévorée de moisi et de toiles d’araignées. Même les créneaux rongés ressemblaient à des chicots pourris sous une moiteur d’haleine fétide. L’humidité se faisait glissante et gagnait l’intérieur des murs là où nous entrâmes. Des vases posés retenaient l’onde chutant des toits ; mais ce qui sourdait du sol depuis le dessous des dalles de pierre c’était une matière échappée de latrines mélangée à du sang. On y marchait en cette fange jusqu’à atteindre une porte en ogive.

                                                                                                                                                    Le 17 novembre 2013.

                                                                                                                                                                        C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.