La forêt ne se ressemble jamais

Déraciné par la tempête, il git parmi les siens cet arbre. Mais au sol il est magnifique; plus beau couché que debout. Il revit. Il se repose. Il reprend de la niaque sur un lit de feuilles. Et quand il se trouve  d’aplomb, le voilà qui part vers d’autres cieux là où on l’attend. Car il faut savoir une chose que la plupart des gens ignorent : les grumes itinérairent. C’est pourquoi la forêt ne se ressemblent jamais d’une fois à l’autre.

Le 22 février 2020.

C.B.