Les cendres de la muse

image_pdfimage_print

A B.C.

Elles ont voltigé jusqu’à mes ruines, les cendres de Marie, sans que je puisse jamais reconstituer ce qui s’est produit entre vous. Je ne suis pas de ceux des juges qui savent quelle peine infliger à la survivance qui se résume en la perte. Je ne m’en tiens qu’au silence de la muse.

 

Le 14 octobre 2017. C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.