Les sentes de l’oubli

De par les nuits perdues je me cherche une prose,
Car je ne sais que dire sur les lieux isolés
Où mon âme se promène afin de s’isoler;
Que de trouver le vide où l’abandon se pose.
Je voudrais en l’instant nourrir toute ma tristesse,
Que celle-ci me devienne comme une poêtesse,
Instruite entre toutes de ce qu’est ma nature;
Celle qui se réenchante aux plus noires aventures.
Je cherche les coins sombres pour y loger mon âme
Car c’est là un lieu sûr que les sentes de l’oubli.
Une sorte d’alcôve en forme de repli
Où l’absence se musse ad vitam éternam.

 

Le 27.112020. C.B.