Ombre choisie

image_pdfimage_print

christophemedaillonLa chevelure brune de ma mère couvre de nuit mes songes isolés. Lorsque je pense à elle, elle ne vient qu’au terme d’une longue attente, où je la sais ombre choisie. Ma mère se meut en tout silence où elle vécut en son absence. Le chant de ruines de sa parole fut de se taire. Elle se tue pour tous ceux qui jacassent en pure perte de mots oubliés. Elle renseigna sa biographie de la manière la plus discrète, à la faveur des errances où se lovèrent des inquiétudes soupirées. Il me subsiste comme un souffle d’elle là où je vais m’abandonner. Il ne me reste que d’y penser, et c’est mince pour se dépasser, tant j’aimerais à mon tour lui manquer.

                                                                                                                                                                                                             Le 6 juillet 2016.

                                                                                                                                                                                                                       C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.