Sans suite

image_pdfimage_print

Je la connais de loin ; rien qu’une silhouette ;
Mais il ne s’agit pas d’un miroir aux alouettes.
Je la connais de vue comme une amie de nuit,
Attachée et discrète à tout ce qui s’enfuit.
Elle incarne la déesse de ce qui est sans suite,
De ce qui s’évanouit et dont le temps hérite.

Le 21 janvier 2021.
C.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.