image_pdfimage_print

Les racines du temps

Un groupe de personnages rencontrés en plaine me dit :

C’est là-haut. Vous verrez; y’a pas à s’y tromper. Nous, on en vient.

J’y vais de mon pas le long de la pente par le même chemin qu’eux. Je viens là pour une ruine célèbre, longtemps soignée par l’abandon. L’une de celles qui peut me relancer une carrière. J’espère en révéler des nouveautés. Mais celle-ci de ruine est fantomatique. Pas une trace de sa présence. Qu’ont-ils vu ceux qui me précédaient ?  Posent-ils des yeux là où je n’ai pas accès ? Lisent-ils des mirages au fond de la fumée de pipe là où l’ailleurs se définit ? Mais si j’y réfléchis bien, au vrai, ils n’ont jamais parlé de l’état de ce que j’allais trouver. Et peut-être que le fin des fins pour une ruine, c’est de n’en rien rester. C’est d’être réduit à l’état d’absence…

                                                                                                                                                             Le 17 octobre 2013.

                                                                                                                                                                             C.B.