image_pdfimage_print

En commun

Moi qui voulais être peinard sur le tarmac de mes idées tôt le matin, la voilà qui se réveille de la surveillance de sa vioque, et si nous pouvions seulement nous bécoter en nous pelotant, mais non ! V’là la smala qui se radine des autres qui me polluent la grâce de l’aube avec leur présence. Je veux pas en être du nombre des autres. Je veux pas partager avec eux. Et ils s’imposent à ma solitude. Je ne suis pas du vivre ensemble à la con qui nous est imposé. Je veux pas que ça se passe bien entre vous et moi. Je me tape pas du mieux ou du meilleur. Je ne souhaite plus vous voir rassemblés  autour de moi, car c’est une farce que votre société ! Ce qui me convient, c’est le silence et pas de vous en comité !

Le 26 juillet 2018. C.B.

Vicki

               Bouffer le cul de Vicki ! Combien de fois se l’était-on demandé, et j’y parvenais enfin, mais seul. Revenons sur les faits s’il vous plaît ; le présent qui nous occupe.  Le cul de Vicki flambe de tout son charme, comme un qu’aurait la vertu de l’aube des sens à tous. Je les réunis à moi tout seul au pied des fesses de ma Vénus. Écoutez bien comment ça s’est fait que l’on se retrouve à deux…

             Elle habite un joli hameau de sept maisons et vingt-cinq âmes où elle a grandi depuis vingt-deux ans, à deux pas de Grenelles cette commune fleurie entre Bretagne et Normandie. À deux lieues du Mont-Saint-Michel, si vous voulez la carte. Ça ressemble à rien de connu et j’ignore si je lui ai plu. Ce fut plus subtil, si je puis me permettre. Près de chez nous, en Manche, il y a un château, assez bien conservé pour une ruine. Un jour, je me surpris à y aller en même temps qu’elle. Nous avions les mêmes goûts de solitude. Mais je n’entrevois d’abord qu’une silhouette à dache, masquée par des taillis, et puis un tronc d’arbre. Ca me ferre du coup. Qui est-elle cette aventureuse ? Je la reconnais pas d’à cette distance. Qu’importe, je file.  Ça nous raccorde l’un à l’autre.

                Comme moi, ou l’inverse, elle cherche un lieu où s’épanouit l’inspiration. L’envie de se livrer à l’autre qui est en nous et forme la face cachée de nos capacités. Le charme de Vicki ne peut s’exprimer qu’au contact des pierres rassemblées là autour du temps. Y’a personne en vue d’autre que nous et son cul laisse au passage un parfum d’ailleurs jusqu’aux abords des ruines de Floaire. Pas celui de pets intempestifs, mais une fluidité d’arôme et de charme mêlés. Mais avant même qu’elle rejoigne le château délabré, je subodore comme une espèce d’avaro à l’aventure de notre course. Je stoppe mon ascension, et que vois-je, pas des plus discrets ? Une bande des gars du village. Ils se croient rusés emportés par la fouinardise des esprits gouailleurs et frustres visités par la sottise en réunion. Que faire ? M’interposer ? Je n’en ai nul besoin. Surgi de je ne sais où, un type en tunique blanche flanqué d’un matou mate les importuns. Ceux-ci s’amusent à en rigoler.

« — Holà, du passevantail ! Il fait y chaud sous ta soutane ? ! »

Lui, pas un mot à la réponse, et il disparaît de la place. Les gugusses alors s’enhardissent. Mais l’homme en blanc réapparaît, muni cette fois d’un long et mince bâton de pèlerin, achevé en forme de crosse. Les autres ne tarissent pas d’éloge sur son matériel curieux : « Alors, papa, tu nous cherches des crosses, pas vrai ?! »

Ils gloussent mahousse comme des loquedus en transe…

Ca doit les secouer au fond du fond leur connerie et ne pas les préparer du tout, parce que lorsque la sorte de mage en tenue blanche fond sur eux, ils se révèlent tout surpris et ils se prennent bien assénés des coups du terrible sceptre. Il en pleut tellement par tous les bouts de la correction aux morveux que la bande se tire des flûtes en quatrième vitesse. Ils doivent en décaniller jusqu’à la Sélune. D’où je suis, j’entends la voix de rogomme du rosseur de canailles. Il s’exprime à mon endroit : « — Approchez vous monsieur s’il vous plaît. Vous avez bien mérité de votre patience. »

Je m’extrais de ma retrait, assez étonné que l’on pense encore à moi.

« — Approchez, approchez. Elle ne cesse de vous chérir, ma petite Vicki. Elle ne parle que de vous dans notre intimité….

— Moi ?

— Oui. Vous. Pas un autre. Vicki est très éprise, mais elle n’ose avec les autres se livrer à l’échange. Et vous… ?

— Je viens pour elle… »

C’est alors qu’elle apparaît rejoindre son père, puis moi.

La suite n’appartient qu’au stupre, vu qu’elle déclenche les forces vives de ma libido. Je lui dois le baiser du joufflu.

                                                                                                                                                      Le 28 octobre 2015.

                                                                                                                                                                    C.B.