image_pdfimage_print

Vous rencontrer

Au travers de vos oeuvres complètes ; je puis vous rencontrer ; parce que toutes vos heures dormies  y contribuent comme un réel travail de veille. Vous composez de vrais romans avec des descriptions entrecoupées de dialogues qui nouent  les rebondissements les uns aux autres. C’est de ce repos habité que je m’inspire pour méditer moi-même toute ma prose. Je sais de vous tous les secrets de ces  longues pauses où croît l’ailleurs. Pour profiter encore de vous, je me coule à vous écouter là où les songes se ronronnent.

Le 4 juin 2021. C.B.

Supplément d’ailleurs

Où vont se loger les impressions qu’on a en rêve et qui nous apparaissent, aussitôt enfuies ? Nous vont-elle tapisser un musée  à nos âmes dérobé ? Sont-elles ces bribes envolées les productions où notre inconscient livre ses œuvres complètes ? Je décide d’une rétrospective de tout ce qui m’échappe, comme un supplément d’ailleurs.

Le 29 avril 2020. C.B.

Une fanfare à elle toute seule

Lorsque ma chatte se trouve sur le dos en plein dessus la pelouse avec la queue qui remonte entre les pattes, il ne lui manque qu’un instrument à vent pour constituer une fanfare à elle toute seule. Tout le tabarin vient de ce que je l’écoute mener ses musiciens au seul son de son récital endiablé, encore plus assuré que celui d’une muse. Elle compose au silence, comme Beethoven. Elle souffle en sa queue et elle tire les notes qui vous compose une oeuvre…

Le 10 juin 2019. C.B.