image_pdfimage_print

Le jour J

Le jour J où il est mort, j’ai pas pleuré sur sa perte. J’en ai eu d’autres qui me reviennent et amplifiées de par l’absence. Le jour J des obsèques de Jhonny, moi je pensais à Georges Brassens, à Pierre Desproges, à Phonse Treglede, et à d’illustres inconnus au bataillon. Je peux pas m’y faire de pleurer en réunion et sur commande. Je trouve que les miens me manquent un peu partout de ma souffrance, et ça personne me cautérise les plaies. J’en ai des plaies par toute l’histoire, et quand elles se rouvrent, je veux pas que vous soyez là. Ce sont mes ruines.

Le 15 décembre 2017. C.B.