image_pdfimage_print

Le lavoir de Fermanville

Le comble de l’épouvante se situe en le lavoir de Fermanville. De l’œil exercé d‘une muse je l’ai appris, un  soir, au bord des eaux stagnantes et moussues. Si vous bavez au creux de ce trou indigne des ruines abandonnées de l’inspiration, il naît une réaction de gaz échappés de toute expression. Le sondage de ces ondes relève du voyage à travers la fange, enfantées par le Styx dont elles sont la résurgence ignoble. Caressez avec moi l’espoir de vous y soustraire. 

Au bord des eaux stagnantes et moussues

Le 17 Octobre 2017. C.B.

Le sombre sied à mon tourment

En un miroir d’eaux mortes des ruines se mirent à la cafarde. Rien ne me charme comme cette image où y roulent les âmes désolées du songe. Là se perdirent bien des pensées sans jamais atteindre le fond, et j’aurais pourtant le geste d’en brouiller les ondes qu’elles n’en remonteraient pas. Ce que l’oubli endort ne reprend forme qu’en des heures où la quête est de se ressourcer au temps. Et moi je cherche après les autres du passé en des lieux où l’absence accorde son aura sans rien attendre en retour. Sans doute que des couleurs c’est le sombre qui sied le mieux à mon tourment.

                                                                                                                                                              Le 15 novembre 2013.

                                                                                                                                                                                  C.B.