image_pdfimage_print

La machine des ruines

« -Ha ! Vous tombez bien… ! Pouvez-vous me donner un p’tit coup d’ main ? « 

De l’aide ? Mais dans quel but précis cette demande ? Nous nous sentons engagés, et comment refuser ?

« -Oui…

-Venez à moi… Je vais vous montrer…  »

Et ni une ni deux, il nous engage à le suivre, mais là où on n’y va pas d’habitude. Là où on n’y croit pas. Derrière le vrai. Nous passons à l’envers du décor de toute la demeure et l’étang. Là où la machine des ruines se résume à des engrenages et un ensemble de ressorts itou. On en revient pas de ce système.

                                                                                                                                             Le 25 janvier 2014.

                                                                                                                                                             C.B.

 

Tout est en ruine

Tout est en ruine satinée d’humide moussu. Gagné par l’onde sombre de l’étang. Tout craque de somnolence  active, et à Mathilde et à moi l’idée nous vient que ça relaie la voix entendue. L’on en cause à nouveau et voici notre plan :  interpeller notre hôte. A quel moment ? En dehors des repas on ne le croise guère. Il semble disparu de la vie de l’endroit par séquences… Impossible à nous de le trouver. Et ça n’est qu’au terme de plusieurs heures de traque pour ainsi dire qu’on le repère enfin, passamment en nage.

                                                                                                                                          Le 12 janvier 2014.

                                                                                                                                                        C.B.

Le chant crié des ruines

   Une fois que nous nous promenions autour du vaste étang bordant la maison à l’ouest, il nous sembla qu’un chant montait à travers l’espace. Un chant humain. Une plainte chantée. Quelque son à chambouler la structure même depuis à dache. Un appel. Mais à quoi ? Il charmait la nature et affolait ces zones où l’âme vire à l’ailleurs. Mathilde serra  ma manche, comme si ce geste amenait le calme en elle. Car elle frissonnait de tout son doute. D’où provenait cet accompagnement à nos songes ?

     Tout d’un coup un raffut  de cloches s’ajouta à pleine volée et enveloppa le grelot dont on ne savait d’où à nous rapporté. ça montait si bien tout un ensemble que l’on en aperçut la vieille femme comme perchée au sein d’un clocher qui criait la ruine.

                                                                                                                                                 Le 26 décembre 2013.

                                                                                                                                                                    C.B.

La chute de la maison Usher – Edgar Allan Poe

Un noir et lugubre étang…

chute_de_la_maison_usher

Film de Roger Corman, 1960.

Il était possible, pensais-je, qu’une simple différence dans l’arrangement des matériaux de la décoration, des détails du tableau, suffit pour modifier, pour annihiler peut-être cette puissance d’impression douloureuse ; et, agissant d’après cette idée, je conduisis mon cheval vers le bord escarpé d’un noir et lugubre étang, qui, miroir immobile, s’étalait devant le bâtiment ; et je regardai — mais avec un frisson plus pénétrant encore que la première fois — les images répercutées et renversées des joncs grisâtres, des troncs d’arbres sinistres, et des fenêtres semblables à des yeux sans pensée.

Lire l’extrait en entier