image_pdfimage_print

Tout est en ruine

Tout est en ruine satinée d’humide moussu. Gagné par l’onde sombre de l’étang. Tout craque de somnolence  active, et à Mathilde et à moi l’idée nous vient que ça relaie la voix entendue. L’on en cause à nouveau et voici notre plan :  interpeller notre hôte. A quel moment ? En dehors des repas on ne le croise guère. Il semble disparu de la vie de l’endroit par séquences… Impossible à nous de le trouver. Et ça n’est qu’au terme de plusieurs heures de traque pour ainsi dire qu’on le repère enfin, passamment en nage.

                                                                                                                                          Le 12 janvier 2014.

                                                                                                                                                        C.B.

Ces lointains ailleurs

300px-Bressuire_Tom_Drake

J’ai remis nos valises à un domestique taiseux et aussi affable que l’univers était froid autour de la maison. Que du gris en provenance de ces lointains ailleurs après lesquels courait l’horizon. Avec ma femme je suis entré à la suite de cet homme au milieu d’une cour assombrie, dévorée de moisi et de toiles d’araignées. Même les créneaux rongés ressemblaient à des chicots pourris sous une moiteur d’haleine fétide. L’humidité se faisait glissante et gagnait l’intérieur des murs là où nous entrâmes. Des vases posés retenaient l’onde chutant des toits ; mais ce qui sourdait du sol depuis le dessous des dalles de pierre c’était une matière échappée de latrines mélangée à du sang. On y marchait en cette fange jusqu’à atteindre une porte en ogive.

                                                                                                                                                    Le 17 novembre 2013.

                                                                                                                                                                        C.B.