image_pdfimage_print

Les nourritures des restes

J’ai adopté une ferme à l’écart d’une forêt pour y loger mon âme où je me porte en songe. J’aime m’y réunir là… Je convoque l’inconnu du temps où se déroulait la vie. Là, il fut des repas l’hiver où l’on se réchauffait la panse à grandes lampées de jaffe. De ce milieu enfui, je garde la souvenance au chaud des restes. Je m’y invite à mon tour… Quand mon histoire toque à la porte des autres elle y rencontre une invite à exister. Je me sens moins seul d’être exilé et mes solitudes en partage. Au sein de ces autres, je suis comme en voyage ; celui qui a sa place de réservée à l’ailleurs des situasses. C’est pourquoi je me restaure du temps qui passe.

                                                                                                                                               Le 5 novembre 2013.

                                                                                                                                                              C.B