image_pdfimage_print

L’école du détachement

À toi.

Moi, au cours de toute ma vie je n’ai connu qu’un enseignement qui procure l’équilibre et une sorte de foi en rien. Pas une croyance, mais une puissance de renoncement, sans chasser le vif de l’instant.  Cela s’appelle  » l’école du détachement « . Je suis allé en bon élève très appliqué suivre ses leçons qui m’ont mené au bord des ruines combattre l’ennui et me forger une embellie mille fois répétée en la contemplation. Je contemple à l’envie les ruines qui se présentent à ma vision. Je sais leur charme à tous ces restes. Je sais l’ailleurs où ils ne sont pas. Je me prolonge en des absences au monde.

Le 28 janvier 2017.

C.B.

La clef des ruines

christopheruines

Christophe, autoportrait

Savez-vous qu’en vrai j’ai perdu la clef qui mène à mes ruines ? J’ai perdu la clef du chantier où se démolissent mes pensées ratées, et mes rêves enfouis ne peuvent les remplacer, même si je fouille en mon passé. Je n’ai que du neuf en stock à vous proposer, et avec ça je manque au vieux de ma personne. Je suis un homme sans ruines loin de mes bases. Je suis un homme sans rimes loin de ses phrases. Je suis un homme qui cherche son œuvre usée hors de la place des musées. Je suis un chercheur de l’avant qui de l’histoire est un fervent. Mais comment me réintroduire en ce qui fuit en coup de vent ? Je cherche la clef de ce qui reste.

                                                                                                                          Le Le 24 mars 2016.
            C.B.

Les nourritures des restes

J’ai adopté une ferme à l’écart d’une forêt pour y loger mon âme où je me porte en songe. J’aime m’y réunir là… Je convoque l’inconnu du temps où se déroulait la vie. Là, il fut des repas l’hiver où l’on se réchauffait la panse à grandes lampées de jaffe. De ce milieu enfui, je garde la souvenance au chaud des restes. Je m’y invite à mon tour… Quand mon histoire toque à la porte des autres elle y rencontre une invite à exister. Je me sens moins seul d’être exilé et mes solitudes en partage. Au sein de ces autres, je suis comme en voyage ; celui qui a sa place de réservée à l’ailleurs des situasses. C’est pourquoi je me restaure du temps qui passe.

                                                                                                                                               Le 5 novembre 2013.

                                                                                                                                                              C.B