image_pdfimage_print

Blanche

Du plus lointain de ma jeunesse je la remets
Comme si nous nous aimions tous les deux à jamais.
Nous formons un vieux couple par delà les années
Entraîné l’un par l’autre à se bien ramener
Au service de la prose tout au cours de la feuille
Afin de conjurer l’inspiration en deuil.
Je suis allié à Blanche sur le long de mes pages
Par tous mes personnages en un aréopage.
Et quand je suis perdu, elle vient me rechercher
Tout comme un naufragé, collé à son rocher.
Blanche est mon seul fantôme, couché sur le papier,
Où elle se définit au long de douze pieds.

Le 06.05.2020. C.B.

Le charme des patates

Patates germées avec des tentacules

Les pommes de terre truffent les ruines dont elles sont les fruits. Leurs germes soutiennent la nature des vieilles pierres. Voilà pourquoi jamais je ne cuisine de patates avec des tentacules. Je les ménage. J’ai ainsi mon  ouverture au salon des ruines. Je ne l’ai pas deviné. Je l’ai connu en découvrant ces légumes, nullement plantés, et cependant poussés auprès des ruines. Ils s’en indiquent l’un l’autre, et un jardin potager  cultivé à proximité d’elles offre de bien plus belles récoltes. 

Le 18 octobre 2017. C.B.

Sous les ruines du temple

christophemedaillonJe suis absent au monde parce que j’ai mieux à faire que le tour de sa ronde où gravitent les autres. Je suis absent au monde, non pas par caprice, mais par souci de me réserver une place à la face cachée des choses. Je suis situé sous les ruines du temple comme un gaspard planqué, solitaire, mais aussi proche de ses frères. Je suis le rat des vieilles pierres démolies à la recherche des poésies de ce qui fut, et je lis le silence comme les pages les meilleures de l’oubli.

Le 16 avril 2016.

C.B.

 

La clef des ruines

christopheruines

Christophe, autoportrait

Savez-vous qu’en vrai j’ai perdu la clef qui mène à mes ruines ? J’ai perdu la clef du chantier où se démolissent mes pensées ratées, et mes rêves enfouis ne peuvent les remplacer, même si je fouille en mon passé. Je n’ai que du neuf en stock à vous proposer, et avec ça je manque au vieux de ma personne. Je suis un homme sans ruines loin de mes bases. Je suis un homme sans rimes loin de ses phrases. Je suis un homme qui cherche son œuvre usée hors de la place des musées. Je suis un chercheur de l’avant qui de l’histoire est un fervent. Mais comment me réintroduire en ce qui fuit en coup de vent ? Je cherche la clef de ce qui reste.

                                                                                                                          Le Le 24 mars 2016.
            C.B.

La tonnelle

Là, au milieu de rangs serrés de tilleuls et de vieux plants de groseilliers, de sureau, d’obier et de lilas, apparut subitement quelque chose qui ressemblait aux ruines d’une très vieille tonnelle verte, noircie et affaissée, aux parois en treillage mais au toit plein où l’on pouvait encore s’abriter de la pluie.

                                                                                                                                                        Fédor Dostoïevski

                                                                                                                                                     Les frères Karamasov

                                                                                                                                                       Le 27 octobre 2013