image_pdfimage_print

La Chimère

Par où allait-il donc ce couple de pêcheurs
Cherchant en quelque endroit à puiser la fraîcheur
De la mer en poisson comme le dû de leur sport ?
Il fréquentait la côte à l’écart de tout port.

Ce qu’il voulait surtout de toute leur aventure,
C’était percer ainsi le cœur de la nature
Et dénicher au pas l’escalier qui descend
Au travers de l’onde d’où le fond est absent.

Il caressait l’idée de ram’ner en surface
L’un de ces monstres enfouis épargné par la nasse
L’une de ces prises uniques, lorsque la création
Vole au secours d’un objet de la pure fiction.

Le jeudi 16 juillet 2018. C.B.

L’ancêtre

             Si les lieux comptaient un domestique, il n’était pas le seul en sus de la famille. Je m’en aperçus par la suite. Une ancêtre, ou ce qui me parut être, vaquait entre les murs. Cependant, le plus souvent, elle se tenait immobile assise sur une chaise comme une oubliée que je ne pouvais pas manquer avec son chignon blanc soigneusement fait. Ni mon épouse ni moi nous ne l’avions entendu prononcer un traître mot, et lorsqu’un soir, nous nous trouvâmes seuls en notre chambre, Mathilde me déclara : « -Que penses-tu de cette femme qui se tient à l’écart ?

-Elle m’inspire comme une idée de l’âme vivante où la maison s’incarnerait. Et toi ?

-Oui. Elle me semble être la voix des ruines… « 

                                                                                                                                           Le 11 décembre 2013.

                                                                                                                                                              C.B.

Les nourritures des restes

J’ai adopté une ferme à l’écart d’une forêt pour y loger mon âme où je me porte en songe. J’aime m’y réunir là… Je convoque l’inconnu du temps où se déroulait la vie. Là, il fut des repas l’hiver où l’on se réchauffait la panse à grandes lampées de jaffe. De ce milieu enfui, je garde la souvenance au chaud des restes. Je m’y invite à mon tour… Quand mon histoire toque à la porte des autres elle y rencontre une invite à exister. Je me sens moins seul d’être exilé et mes solitudes en partage. Au sein de ces autres, je suis comme en voyage ; celui qui a sa place de réservée à l’ailleurs des situasses. C’est pourquoi je me restaure du temps qui passe.

                                                                                                                                               Le 5 novembre 2013.

                                                                                                                                                              C.B