image_pdfimage_print

Léthé

Sur les bords du Léthé où je me suis fixé je n’ai pas d’autre envie que de nourrir l’oubli, comme si déjà j’étais parti ailleurs, non pas à me ressourcer, mais ne plus exister, à croire que c’est possible au courant de la vie. Les ondes du Léthé, elle coule en mes veines et je le sais fort bien mon sang navigue sur l’enfer.

le 4 août 2021. C.B.