image_pdfimage_print

Toute une invention

De mes yeux, je l’ai vu, ce roman déborder
Sur la réalité dont il change les idées
C’est ainsi qu’il y a des gens, mais qui l’ignorent
Qui vivent en des fictions; des plus jeunes aux seniors.
Leur vie n’est pas leur vie; c’est toute une invention
Qui va les occuper tout le long d’une action.
Leurs jours sont une action au service de l’espace
Et ils se trouvent là  par où que ça se passe.

Mais de vivre une fiction, quelle est la différence
D’avec ceux qui traversent, de leur jour une errance ?
Camper un personnage est toute une aventure
Qui nous revient à tous, et plus vrai que nature.
Nous sommes dépositaires d’une vie phantasmée
De laquelle nos idées sont là pour l’animer,
Et ça n’est pas le tout que d’un rôle s’emparer,
Encore faut-il pour ça y être préparé.

Le 21 octobre 2021. C.B.

En pleine tempête

Par un soir de tempête, je suis seul à penser
Et mes idées nouvelles je viens vous les verser.
Je puis la faire durer par-delà la tourmente
Comme si je maîtrisais du ciel les forces dormantes.
La tempête est mon sort; celui de mon esprit ;
Elle se gorge à plaisir de ce dont j’ai appris.
Je suis en pleine tempête tout le long de mon âme,
Et je le crois vraiment, ad vitam aeternam.

 

Le 4 octobre 2021. C.B.

 

Arrachés aux songes

Avant de les écrire il se passe comme un rêve
Où il faut que la nuit de tous ses points s’achève
En laissant place à l’âme qui se veut productive
Et développe ainsi toutes ses forces actives.
En un mot ou en cent, si la prose est au beau,
Il me faut rameuter de mes phrases le troupeau.
Alors, je lâche mon chien qui va chercher des pistes
Et dès lors cabriole en se croyant artiste.
Les premiers mots du jour sont arrachés au songe;
Pourtant j’ai toujours peur qu’ils se ruinent en mensonges,
Qu’ils se dérobent à moi, au fruit de mes idées,
Et livrent sans saveur une pros’ mal possédée.
Car ce qu’il faut en outre, c’est leur donner un sens,
Quand tout mon caberlot peine à la croissance,
Et c’est quand erre au vide l’objet de mes pensées
Que je dois préparer du text’ la traversée.
Il s’agit en effet d’en être le nautonier
De ces mots hasardés, sans pour autant les nier.
Il me faut les conduire à travers tous les autres,
Sans en oublier un qui ne soit pas des nôtres.
Je suis le responsable de toute ma création,
Dont il me faut d’emblée contrôler la passion,
Et si je tire les mots du profond de mon âme
C’est que je m’y écris ad vitam aeternam.

Le 21. 02. 2021. C.B.

Une grenioche

Aussi lâchée que des chiens en fuite, une femme munie d’une canne traverse la nuit par où je ne sais. Je la rencontre d’ là où je suis sans qu’elle le sache. Je me trouve au port de mes idées quand elle s’avance vers le large. Elle se découvre de par son inconnu de grenioche isolée le temps d’une vue. Là où elle va, je suis de la revue.

 

Le 9 décembre 2019. C.B.

Elle se rêve à la lune

Par un ciel dégagé elle se rêve à la lune
D’une pensée si étendue qu’elle ramène les bruits
Jusqu’à moi, jusqu’à m’emplir aussi de la nuit
A laquelle nous dédions nos visions l’un et l’une.

On songe à ceux qu’ont l’imaginaire à zéro
Et qui pourtant nous sont des âmes de héros.
C’est parmi eux qu’on puise les idées du nouveau
De toute l’inspiration que leur étude nous vaut.

Nous sommes en les cerveaux de ce qui nous est autre,
Nous voyageons au titre de l’imagination
Où à travers les friches nous sommes en progression,
Parcourant de la vie tout ce qui vous est vôtre.

Ma chatte et moi formons un couple en escapade
Sur les fonds de l’ailleurs tous deux en camarades,
Où nous trouvons l’espace pour nous revigorer
Dès que l’occase se presse à nous faire prospérer.

Le 3 août 2019. C.B.