image_pdfimage_print

Toute une invention

De mes yeux, je l’ai vu, ce roman déborder
Sur la réalité dont il change les idées
C’est ainsi qu’il y a des gens, mais qui l’ignorent
Qui vivent en des fictions; des plus jeunes aux seniors.
Leur vie n’est pas leur vie; c’est toute une invention
Qui va les occuper tout le long d’une action.
Leurs jours sont une action au service de l’espace
Et ils se trouvent là  par où que ça se passe.

Mais de vivre une fiction, quelle est la différence
D’avec ceux qui traversent, de leur jour une errance ?
Camper un personnage est toute une aventure
Qui nous revient à tous, et plus vrai que nature.
Nous sommes dépositaires d’une vie phantasmée
De laquelle nos idées sont là pour l’animer,
Et ça n’est pas le tout que d’un rôle s’emparer,
Encore faut-il pour ça y être préparé.

Le 21 octobre 2021. C.B.

Un visiteur

Je recherche les occasions
Où mon sens de l’observation
Peut se nourrir de ces secrets
Qui chez les autres sont encrés.

D’observer seul ne suffit pas;
Il faut aussi se mettre au pas
De ce mental de mon prochain
Avec lequel je suis en train….

J’échange de façon non connue
À l’insu de mon inconnue,
Et en revanche est-ce-qu’elle sait
Qu’à elle je dois tout mon succès ?

L’âme se visite par la fiction
En de multiples apparitions,
Qui me ménage une voie vers vous
Sans nous fixer de rendez-vous.

Un jour ou l’autre je lui serai
Un visiteur venu d’après,
Un visiteur du souvenir
Parce qu’il a su lui venir,

À cette femme et la peupler
De son monde à lui isolé,
Et l’y laisser aux aventures
De ce double de sa créature.

Le 9 décembre 2017. C.B

Comment j’ai rencontré ma muse

  Tout comme moi elle aime les ruines, de celles où l’esprit s’imagine une suite. Mais à l’origine, j’ignore que la muse me charme d’un amour futur pour les pierres anciennes. Je ne sais pas encore qu’elle cherche après un joueur de rimes capable de lui enchanter des duos. Elle ignore elle-même par où s’amener ma muse. Et ce long itinéraire va durer des années et des années entre elle et moi. Ma muse ne m’attend pas, ma muse ne m’espère pas. Elle me rejoint là où je travaille à ne pas me perdre. J’exploite son histoire et tout ce qu’elle peut  tirer de la mienne. Car en mes pauvres aventures, c’est elle que j’approche pour en extraire du potable. Elle creuse à plein l’insondable du caberlot. Elle l’envahit de son histoire comme d’une nouvelle vie à moi qui se fait prose, et elle s’y loge entre les mots ainsi que l’ombre de mes phrases. 

Ma muse ne m’attend pas, ma muse ne m’espère pas

Juillet 2017 C.B.